Le centre de biathlon de Bessans

Le centre de biathlon de Bessans, une intégration paysagère en montagne par Max Rolland et Robert Weitz
Rapport d’études : l’espace nordique pour le biathlon – Bessans – France
Mai 2011 – ENSAS – Licence 3 – sous la direction de Emmanuel Dufrasnes & Anne-Marie Chatelet

Aujourd’hui, l’architecture contemporaine dans les paysages montagnards comporte des enjeux de conservation de la qualité du lieu. Quels rapports entretient l’espace nordique de Bessans avec son environnement? Situé en limites du Parc national de la Vanoise, comment s’intègre-t-il dans le paysage montagnard?
Le centre de biathlon est situé dans un environnement où l’architecture locale, intégrée dans le Parc National de la Vanoise, comporte des chartes de protection et de développement du territoire. L’édifice est implanté horizontalement dans le paysage « pour faire corps avec la nature ».

« L’architecture montagnarde existe, indissociable de son territoire et constitutive de son identité ».
Max Rolland et Robert Weitz, Tectoniques architectes Unplugged

L’environnement montagnard intègre des éléments hostiles à prendre en compte dans le processus de projet comme l’altitude, le climat, la topographie…
Pour répondre à ces contraintes de site, les architectes ont choisi de mener leur projet dans une démarche HQE. Ils ont choisi des matériaux locaux tels que le bois et la lauze. Ils ont également pris le parti de s’intégrer à la construction en filière sèche, une construction adaptée au site puisque le chantier est réduit en temps et cette technique facilite la mise en oeuvre. C’est aussi une construction low cost. Les architectes voulaient inscrire leur bâtiment dans une démarche de durabilité et de responsabilité face à l’environnement.

Je suis favorable à une architecture située puisque chaque site a ses spécificités. L’existant, l’identité locale, l’esprit des lieux, doivent inspirer l’architecture contemporaine.
L’architecture en montagne doit être innovante. Lorsque de nouvelles formes architecturales permettent d’améliorer les performances énergétiques, il ne faut pas s’opposer à l’utilisation de nouveaux matériaux ni à celle de nouvelles formes.
Les communautés alpines semblent tirer profit du potentiel de la montagne en surmontant ses contraintes.

© crédits photographiques Tectoniques & Sophie Rassat