Montréal – Maison de l’architecture du Québec

Maison de l’architecture du Québec à Montréal
Stage de formation pratique à la Maison de l’architecture du Québec – Montréal – Canada
Juillet-Août 2012 – ENSAG – Stage de Master 2 – sous la direction de Sophie Gironnay


La Maison de l’architecture du Québec est un centre d’artistes autogéré dont la mission est de stimuler et diffuser la création et la réflexion touchant aux disciplines de l’architecture, de l’architecture de paysage et de l’urbanisme.
Objectif de la MAQ

[Programme et compétences acquises]

La mission principale qui m’a été confiée était de travailler sur la nouvelle exposition portant sur le concept de la tour végétalisée. « Structures végétalisées : l’utopie verte? ».
Il s’agissait d’effectuer une recherche d’images de projets d’architecture allant des projets réalisés aux projets futuristes, presque toujours représentés par des visuels numériques, et de réaliser un texte destiné à compléter par des exemples concrets l’exposition de l’artiste plasticien Daniel Corbeil.
Cette mission est diversifiée puisque toutes les étapes d’une mise en place d’exposition sont abordées : conception, finalisation, installation, publicité.
Ce stage m’a fait comprendre les enjeux d’un organisme de diffusion tel que la MAQ. J’ai pu assurer la permanence à la galerie d’exposition à certaines heures, accueillir et guider le public, mettre à jour la documentation de presse, participer aux activités de financement en cours et enfin travailler en collaboration avec des gens de différents milieux sur un projet commun (artistes, architectes, commissaires, graphistes, monteurs).

[Daniel Corbeil]

L’artiste a travaillé sur son interprétation de la tour verte, d’après ce qu’il en a vu dans les livres. Ces utopies architecturales avec une végétation luxuriante à l’intérieur d’un bâtiment, ou la production animale dans la tour sont des sujets qui l’ont intéressé. Il met à l’épreuve du réel ce concept de tour verte dite écologique pour former sa Cité Laboratoire.
En mettant en place les installations nécessaires pour maintenir le vivant – par l’éclairage, la ventilation et des systèmes d’irrigation – Daniel Corbeil confronte à des aspects très techniques et pratiques les belles représentations utopiques concoctées par les architectes dont en voici ci-contre quelques exemples.
Daniel Corbeil explique l’attention particulière qu’il porte à la notion d’échelle dans la réalisation de ses maquettes : « La taille de tous les éléments respectera globalement l’échelle de la tour (d’une hauteur fictive de 200 mètres) pour que l’ensemble apparaisse cohérent au premier coup d’oeil, tout en révélant – lorsqu’on y porte attention – une dissonance dans les jeux d’échelles et dans le dialogue établi entre les matières fabriquées et celles d’origine naturelle, notamment en raison des effets de texture des unes et des autres. »

[Exposition des images]

Les images associées à l’exposition principale de l’artiste Daniel Corbeil sont présentées dans une section différente afin de donner aux visiteurs des notions architecturales aussi bien historiques que formelles.
Ci-dessus, quelques projets exposés. L’architecte Luc Schuiten présente la nature comme une « archiborescence ». La nature peut contribuer à la construction d’une société durable.
L’agence Lindfors interprète, dans son projet nommé Aqualta ce que pourrait être la ville du futur, suite à la montée des eaux à New York.
For all the cows, projet futuriste de l’agence CTRLZ Architectures est la définition de leur architecture : la relation entre l’environnement et les gens.

© crédits photographiques Alain Laforest, MAQ, Muriel Ulmer