Exposition de Pierre Thibault : temps et matérialité

Description critique sur l’exposition de l’architecte Pierre Thibault, temps et matérialité, présentée au Centre Canadien d’Architecture. (Octobre 1996 – mars 1997) – Montréal – Canada
Avril 2014 – Travail personnel
Aussi en fichier pdf Description critique Exposition Pierre Thibault : temps et matérialité

Pour Pierre Thibault, l’architecte « crée dans un lieu, une façon de vivre, une façon d’habiter. »1 Dans l’exposition « Temps et matérialité » du Centre canadien d’architecture (1996-1997), Pierre Thibault nous révèle sa manière de faire l’architecture ou plutôt, sa manière de vivre l’architecture. Sa démarche globale, il la définit ainsi : « chaque projet m’amène à vouloir créer des espaces bien caractérisés, les mieux adaptés à leur environnement. »2
Dans sa mise en espace, l’architecte nous explique sa démarche architecturale. Trois espaces pour trois temps dans le processus de conception. L’antichambre, le lieu de préparation. La chambre, le lieu de création. L’envolée, le lieu d’exploration.
Allons nous promener dans son exposition…

Premier espace de cette exposition, il nous révèle la première étape du processus de conception : les idées qui naissent. Lieu de références, de textes et d’images qui inspirent l’architecte, ce lieu contribue à l’ascension des premières idées.
D’abord, le site… L’architecte conçoit les espaces en fonction d’un lieu donné. Pierre Thibault nous dit de le contempler, de l’apprivoiser, de se l’approprier, en d’autres termes de le comprendre. Quelle est son histoire? Qui a vécu ici? Comment le site a-t-il été occupé précédemment? Chaque site a sa propre culture, la mémoire du temps passé, nous dit-il. La culture est un héritage important à prendre en compte dans un nouveau projet, elle nous aide à trouver les premières postures architecturales.

« L’architecture est l’expression d’une culture, elle permet de connaître ceux qui nous ont précédés. »3

Qu’en reste-t-il aujourd’hui? Et surtout, la question importante qui guidera le projet : quel lien peut-on faire entre passé et modernité ?
Pierre Thibault contextualise ses projets. Pierre Thibault défend l’architecture située, ancrée dans un lieu, une géographie, une culture. Pierre Thibault nous montre le chemin vers l’architecture singulière.

Vient ensuite le programme architectural. Ici, il est important de visiter le site avec les gens qui l’habiteront afin de bien comprendre leurs besoins et leurs attentes. Parce que l’architecture s’adresse avant tout à ceux qui vont habiter les espaces, ne l’oublions pas.
Pierre Thibault nous dit : « c’est au moment de la première visite de site que le travail commence réellement », comprenez le travail de recherche et conception autour du nouveau projet. Il faut comprendre, sentir l’environnement. Sentir, parce qu’il semblerait que la compréhension d’un site ne soit pas que rationnelle, elle peut être de l’ordre des sentiments. « L’idéal est de marcher sur le site à différents moments de l’année avant de construire afin de tirer le meilleur parti de l’environnement choisi » et de l’apprivoiser entièrement.

« Dans son travail, lequel comprend une série de parcours réels et conceptuels, [Pierre Thibault] nous rappelle qu’une architecture s’adressant au lieu est significative et mémorable. »4

Puis, établir des principes architecturaux. La recette, s’il y en a une : énumérer les fonctions du futur bâtiment et les besoins des habitants. Organiser les espaces suivant leur importance et leur rapport les uns aux autres. Ajouter l’idéal d’une construction et y mettre la forme. Vous aboutirez à un principe organique.
Tout architecte se nourrit de sa propre vie pour créer son architecture, en rapport avec ses convictions. Il puise son inspiration dans ses références proches : visites, voyages, sorties, lectures…

Deuxième espace de l’exposition « Temps et matérialité », celui-ci nous entraîne dans une série de maquettes, dessins, croquis de l’architecte. Une phase de conception tout aussi importante et obligatoire pour la construction à venir. Les idées prennent formes et espaces.
L’esquisse, étape suivante du processus conceptuel, permet à l’architecte de faire la relation entre le site et le programme. Ainsi, il détermine le parti architectural. Faites une synthèse de la première étape et installez les espaces, voilà ce que nous dit Pierre Thibault. Les premiers croquis permettent l’interprétation d’une culture. Ici, une façon de construire se perçoit, l’environnement se dessine.

« L’architecture, c’est trouver une réponse simple à un problème complexe. »5

Les scénarios de développement du projet peuvent être multiples, et cela est plus prometteur pour la suite, car le résultat final peut conjuguer deux scénarios de départ.
Nouvel élément : le temps. Il faut un temps de maturation des idées et des scénarios. « La lenteur construit le temps comme une oeuvre d’art. »6 Une architecture se crée à petits pas, elle est mûrie, influencée. Le site est de nouveau parcouru, étudié à toutes les échelles. Les idées fusent. L’architecte détermine les matières selon leur adaptabilité et leur insertion sur le site.
Viennent enfin les étapes de la détermination des plans préliminaires. Le choix des matériaux et la structure du bâtiment sont déterminés. Allons nous promener dans les futurs espaces habités, marquons–les au sol pour déambuler, percevoir les espaces, vérifier qu’ils fonctionnent bien. Là, les plans pour la construction sont produits, l’équipe de réalisation des travaux est choisie. La construction commence.
L’aboutissement de tout ce travail de maquettes, croquis, dessins a pour but de concevoir des espaces singuliers, ancrés dans le site. Et l’architecte peut parfois prolonger ces temps de recherche, pour aller plus loin dans son processus de conception.

Troisième et dernière salle de l’exposition, nous voici dans les explorations de Pierre Thibault. En permanence en recherche, chaque projet l’amène à se donner des thèmes d’exploration sur l’architecture. Ici, il nous parle des portes d’Ottawa.
Mais plus récemment, Pierre Thibault s’offre le temps de travaux personnels pour aller plus loin, faire avancer l’architecture, explorer de nouvelles pistes, de nouveaux concepts.
Un exemple : les maisons-nature de Pierre Thibault. Certes, ce n’est pas une étude connexe à son travail, mais bien un regroupement de maisons conçues par l’architecte. En les regroupant et en les évoquant dans son livre, il nous montre combien l’architecture est en relation directe avec son environnement, ici avec la nature, souvent avec des matières, des sensations, des couleurs : la forêt, la verdure, la neige, le froid, l’eau, les lacs, le bois. Elle ne peut être que singulière face à ces différents éléments du lieu.

« L’architecture a le pouvoir de transformer notre rapport à l’espace mais aussi au temps, et je dirais même notre relation à l’autre »7

Pierre Thibault croit aux relations entre créateurs, à la connaissance de leurs œuvres qui inspirent les esprits. Elle renouvelle les esprits, innove. Ces idées font évoluer les espaces. Cette étape importante dans le travail de l’architecte est dédiée à l’apprentissage et à l’ouverture d’esprit.
Les artistes qui m’inspirent ont une œuvre minimaliste, nous dit Pierre Thibault. Son architecture supprime le superflu pour se rapprocher de l’essentiel.

Voici en somme, ce que l’architecte Pierre Thibault nous livre dans cette exposition. Sa démarche architecturale : unir le présent et le passé, aller vers la nature, prendre le temps de la réflexion, de la conception pour aboutir à des espaces conformes aux attentes des habitants.

Sophie RASSAT, le 24 avril 2014.

NOTES
1 Vimeo.com Pierre Thibault, architect – iGet.it Curator.
2 Pierre Thibault, Temps et matérialité, Edition Les
Heures Bleues, page 17.
3 Pierre Thibault, Les maisons-nature de Pierre Thibault
architecte, Les éditions La presse, page 9.
4 Ricardo L Castro, Temps et matérialité, Edition Les
Heures Bleues, page 15.
5 Pierre Thibault, Les maisons-nature de Pierre Thibault
architecte, Les éditions La presse, page 13.
6 Pierre Thibault, Temps et matérialité, Edition Les
Heures Bleues, page 16.
7 Pierre Thibault, Les maisons-nature de Pierre Thibault
architecte, Les éditions La presse, page 6.

BIBLIOGRAPHIE
LIVRES
Pierre Thibault, Les maisons-nature de Pierre Thibault
architecte, Les éditions La presse, Montréal, avril 2010.
Pierre Thibault, Temps et matérialité, Édition Les Heures
Bleues, octobre 1997.
ARTICLES
L’homme qui plantait des maisons, in Le Devoir, le 10
avril 2010, par Isabelle Paré.
Communiqué de presse de l’exposition Pierre Thibault,
Temps et matérialité, Centre canadien d’architecture.
SITE INTERNET
Vimeo.com Pierre Thibault, architect – iGet.it Curator.

CRÉDITS IMAGES
Toutes les photographies et tous les croquis sont tirés
du livre de Pierre Thibault, Temps et matérialité, Édition
Les Heures Bleues, octobre 1997.