Un nouveau refuge pour le Prariond – Val d’Isère – France

Projet de construction d’un nouveau refuge au Prariond – Val d’Isère – France
Décembre 2011 – ENSAG – Master 1 Architecture Paysage Montagne – sous la direction de Jean-François Lyon-Caen


Le Parc national de la Vanoise (PNV) a demandé aux étudiants du master Architecture-Paysage-Montagne de proposer un nouveau refuge dans le vallon du Prariond. Le but de l’exercice étant d’innover sur la façon de dormir en refuge et de vivre la montagne aujourd’hui.

[Ancrage dans le site]

Aujourd’hui, l’ascension à pied jusqu’au refuge dure environ une heure. Quatre nouveaux sites d’implantation nous sont proposés par le PNV. Mon choix s’est porté sur le site le plus haut, qui propose un panorama à 360 degrés. Le refuge s’oriente globalement vers Val d’Isère et ses glaciers.
Adossé à une butte, le refuge repère est dans une situation d’équilibre, de recherche du vide. Sa pointe en porte-à-faux, montre cette position, en référence à la dangerosité du milieu de la montagne.

[Fonctionnement du refuge]

Le refuge s’organise en fonction des personnes qui l’occupent. D’abord, les espaces fermés au Nord/Est (côté froid, arrière du refuge) sont des espaces dédiés au fonctionnement du refuge : espaces gardien. Ensuite, les espaces ouverts au Sud/Ouest (côté soleil et entrée du refuge) sont des lieux destinés aux randonneurs, d’où l’on voit les glaciers et Val d’Isère.
A l’étage, un dortoir et des chambres proposent des lits agencés en quinconce et superposés sur trois niveaux.

Le refuge fonctionne en période gardée et non gardée. En hiver, seul le rez-de-chaussée est accessible aux randonneurs. Il est possible d’installer des couchages sur les tables et les bancs dépliables dessinés à cet effet.

[Alimentation]

Le refuge est alimenté en électricité par des panneaux photovoltaïques posés en façade Sud/Est. L’eau est puisée au torrent du Niolet et acheminée jusqu’au refuge. Les toilettes sèches à sciure du rez-de-chaussée permettent une autonomie du refuge l’hiver sans apport d’eau.

[Matériaux et mise en oeuvre]

L’utilisation du cuivre en façade et en couverture renforce la visibilité du refuge en toutes saisons.
La structure porteuse KLH est un choix justifié par la rapidité du montage sur chantier en altitude. En effet, la structure en panneaux de bois prédimensionnés et préfabriqués en atelier est ensuite héliportée sur site.